Société

Février 2020

Le 28 février 2020

Lundi à Zone franche : Pour ou contre la présence de nos jeunes sur les réseaux sociaux?

Lundi à 21 h à Télé-Québec, les animateurs de Zone franche, Isabelle Maréchal et Raed Hammoud, posent la question : pour ou contre la présence de nos jeunes sur les réseaux sociaux?

Les Canadiens font partie des citoyens les plus connectés dans le monde. Les trois quarts de la population passent jusqu’à quatre heures en ligne chaque jour. Au Québec, 80 % des adultes utilisent au moins un réseau social. Et pour les parents, c’est souvent difficile de résister à l’envie de partager des photos de leur enfant. En 2019, une analyse canadienne a révélé que 84 % des enfants âgés de 2 ans ou moins ont une empreinte numérique à cause de vidéos et de photos d’eux publiés par la famille. En vieillissant, ce sont les enfants eux-mêmes qui sont attirés par les différentes plateformes. L’âge légal pour ouvrir un compte sur les Facebook, Tik Tok et Snapchat est de 13 ans, mais de plus en plus de réseaux sociaux offrent des versions pour les enfants. Certains parents craignent la présence virtuelle de leur progéniture, car ils sont trop jeunes pour en saisir les dangers. D’autres sont d’avis qu’il ne faut pas diaboliser les réseaux sociaux parce qu’en 2020, ils font partie de la vie, permettent de communiquer et d’apprendre. Pour ou contre la présence de nos jeunes sur les réseaux sociaux?

*** TÉMOIGNAGE ***

« Les parents, on se fait souvent intimider parce qu’on ne devrait pas mettre nos enfants sur les réseaux sociaux. Moi, je n’ai jamais répondu. […] Mais on surveille. Et le jour où on va arrêter de surveiller, c’est parce que la page va être fermée. »
Mathieu Gratton, humoriste et père de Benjamin (Le monde de Benjamin)

*** LES INVITÉS EN CERCLE ***

« Après 20 minutes d’écran, en général, on n’a plus une relation constructive avec le contenu. On a une relation davantage hypnotique. »
Charles-Antoine Barbeau-Meunier, étudiant en médecine et cofondateur de Bien-être numérique

« Si c’est un réel problème, que dans 12 ans, le fait qu’on ait vu des photos de lui enfant, ça le démolit à ce point-là, je les supprimerai. »
Marie-Ève Piché, créatrice de contenu pour le blogue Maman Caféine

« Avant 13-14 ans, je pense qu’il faut soit interdire aux enfants de s’inscrire sur des réseaux sociaux et d’avoir leur propre compte ou encore d’encadrer extrêmement ce qu’ils font. »
Émile Roy, Youtubeur et créateur de contenu Web

« La lumière bleue avec les enfants avec une problématique peut faire en sorte que ça les ramène, ça les recentre. »
Élise Avard Bernier, cofondatrice de Vie de parents

« Ce qu’on met sur le Web n’est ni privé, ni effaçable. »
Catalina Briceño, coauteure de Parents dans un monde d’écrans

« La difficulté de l’humain à vivre le moment présent, c’est une de nos plus grandes difficultés. Pis, il y a quelqu’un quelque part qui a inventé un petit objet qui fait en sorte que, si tu veux fuir, à tout moment tu peux le faire. »
Maxime Jacques Gagnon, enseignant au secondaire


Diffusion | Lundi 21 h
Émission offerte tout le temps sur telequebec.tv
zonefranche.telequebec.tv | Facebook | Balado
Une production signée URBANIA

***

À propos de Télé-Québec
Télé-Québec est le média public à vocation éducative et culturelle du Québec. Multiplateforme, Télé-Québec propose une programmation unique qui a pour but de cultiver le goût du savoir, de favoriser l’acquisition de connaissances, de susciter la réflexion, de promouvoir la vie artistique et culturelle d’ici ainsi que de refléter les réalités régionales et la diversité du Québec. Outre son siège social établi à Montréal, la Société compte 10 bureaux régionaux. On peut suivre Télé-Québec sur Facebook, Twitter et Instagram. telequebec.tv

L’émission est offerte aux médias avant la diffusion. Faites-en la demande ici.



Source : Relations de presse

Retour à la liste des communiqués
Coronavirus (COVID-19)